Sp. d'hiver - News

Convention pour la promotion du Français aux JO


La Lettre de l'économie du sport n°759
La France, représentée par la Consule Générale de France Odile Remik, et le Comité d'organisation des Jeux olympiques d'hiver de Turin 2006 (TOROC) ont signé une convention pour la collaboration linguistique et la promotion de la langue française pendant les Jeux olympiques (10-26 février 2006) et paralympiques (10-19 mars 2006). La convention prévoit notamment la mise à disposition de traducteurs et de ressources spécialisées au sein du Comité d'organisation. Dans le cadre de ces accords, un dictionnaire trilingue (français, anglais et italien) sera réalisé en collaboration avec l'INSEP (Institut national du sport et de l'éducation physique) pour les Jeux. Sa consultation se fera à partir du site www.lexique-jo.org

Cet accord, a déclaré Valentino Castellani, président du TOROC, "est crucial pour la proximité territoriale et culturelle qui nous lie à la France et contribue à la promotion et au développement de la multiculturalité".

25 pays adhérents à l'Organisation Internationale de la Francophonie, seront présents aux Jeux.

Des Jeux neutres pour l'environnement
Selon les organisateurs des JO 2006, les Jeux de Turin seront les premiers Jeux olympiques à impact neutre pour l'environnement grâce à HECTOR (HEritage Climate TORino). La Région du Piémont verse 3 millions d'euros au programme HECTOR. L'objectif est d'attirer l'attention sur le thème du changement climatique et de neutraliser les émissions d'anhydride de carbone et d'autres gaz à effet de serre. Une recherche menée en tenant compte de divers facteurs (consommation énergétique des installations pendant les jours de compétition, transport des participants), montre que les Jeux olympiques 2006 généreront un total d'environ 120.000 tonnes équivalentes d'anhydride de carbone. En échange de financements, alloués par le Service Energie de la Région du Piémont, les entreprises et établissements qui proposeront de nouveaux projets sur le thème des économies d'énergie et des sources renouvelables cèdent au TOROC les crédits de carbone générés par leurs initiatives (dans le cadre des mécanismes de flexibilité du Protocole de Kyoto).

Les émissions des gaz à effet de serre générées par les JO seront ainsi compensées.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

à lire aussi

Buzz sport